Les vols et le trafic de passagers ont déjà chuté à 10 % des niveaux pré-pandémie

Toute nouvelle réduction potentielle devrait être fondée sur la science et les données, et être soigneusement élaborée avec l’industrie afin d’éviter des conséquences involontaires

Ottawa, le 22 janvier 2021 – La plus grande association de l’industrie aérienne du Canada et les syndicats représentant plus de 325 000 travailleurs canadiens ont aujourd’hui appelé à la coopération alors que le gouvernement fédéral étudie des nouvelles mesures potentielles pour réduire les déplacements.

Le trafic de passagers des compagnies aériennes a chuté précipitamment depuis le début de la pandémie.  En novembre 2020, les arrivées internationales ont chuté de 93 %, un chiffre stupéfiant.  Avec un trafic de passagers déjà fortement réduit, les compagnies aériennes canadiennes ont tenté de poursuivre leurs activités essentielles avec des revenus imprévisibles voire inexistants.  Des dizaines de milliers d’employés des compagnies aériennes ont déjà perdu leur emploi et l’aide financière directe du gouvernement ne s’est pas encore matérialisée.

Dans une lettre commune [i], le CNLA et les dirigeants syndicaux ont exhorté les membres du cabinet à collaborer avec l’industrie.  « Au cours de la pandémie, l’industrie, les syndicats et le gouvernement ont pour la plupart travaillé efficacement pour mettre en œuvre une myriade de nouvelles réglementations conçues pour continuer à protéger la santé des employés, des passagers et du public, » a déclaré Mike McNaney, président et directeur général du CNAC. »  Les compagnies aériennes et les travailleurs du secteur aérien sont les premiers à mettre en œuvre ces changements de politique.  Nous devons travailler ensemble pour garantir un résultat efficace pour toutes les parties concernées. »

« Tout au long de cette pandémie, chacun de nos syndicats a défendu la sécurité du public et des passagers », a déclaré Tim Perry, président de l’ALPA Canada.  « Aujourd’hui n’est pas différent, car nous cherchons à travailler avec le gouvernement sur la voie à suivre pour continuer à fonctionner en toute sécurité, sur la base d’un solide régime de tests scientifiques et de données pour les mesures de quarantaine et toute restriction supplémentaire. »

À ce jour, moins de 2 % de tous les cas signalés au Canada proviennent de personnes qui ont voyagé à l’extérieur du pays.[ii]   Depuis septembre, les cas associés aux voyages internationaux représentent 1 % ou moins.  Les organismes de santé au Canada et dans le monde ont également reconnu publiquement le faible risque de transmission à bord des avions, y compris lors de voyages internationaux.

« Le gouvernement fédéral a reconnu l’importance de notre secteur alors que nous continuons à relier le Canada au reste du monde pour des biens et services clés – tels que l’EPI, les vaccins et les articles courants – et à assurer la même circulation à l’intérieur de nos frontières », a déclaré Rob Giguere, PDG de l’APAC.  « Alors que le volume de passagers reste très déprimé, pour les routes qui continuent d’être exploitées, nos pilotes sont souvent aux commandes d’avions ventrus remplis de cargaisons, ce qui représente un élément vital de notre chaîne d’approvisionnement continue. »

« Alors que d’autres restrictions de voyage sont envisagées, le message des travailleurs des compagnies aériennes reste clair, l’aide financière du gouvernement pour notre industrie dévastée est attendue depuis longtemps », a déclaré Jerry Dias, président national d’Unifor. « Avec une baisse de 90 % du trafic, nos compagnies aériennes ont épuisé leur trésorerie, et nous n’avons toujours pas vu d’aide se rapprocher de celle que les autres transporteurs internationaux ont reçue.  Le Canada doit agir de toute urgence sur ce front. »

« Nous devons veiller à éviter d’autres pertes d’emplois qui seront causées par des restrictions de voyage supplémentaires », a déclaré Wesley Lesosky, du SCFP. « Nous soutenons des mesures de sécurité bien réfléchies, mais nous devons également veiller à ce que l’industrie de l’aviation canadienne soit en mesure de se redresser à terme, afin de donner de l’espoir aux dizaines de milliers d’employés de l’aviation qui ont perdu leur gagne-pain. »

Le CNLA et les syndicats représentant les travailleurs de l’aviation soutiennent une stratégie d’essai complète qui s’inspire des procédures en vigueur dans d’autres pays ainsi que des travaux en cours de l’Organisation de l’aviation civile internationale, qui continue à développer les meilleures pratiques mondiales en collaboration avec les principaux pays membres, dont le Canada.

« Depuis près d’un an, les compagnies aériennes se sont adaptées rapidement tout au long de cette crise mondiale », a déclaré M. McNaney du CNAC.  « Nous voulons travailler avec le gouvernement en tant que partenaire, alors que des mesures sont en cours de discussion, pour assurer une mise en œuvre efficace et éviter des conséquences involontaires.  Le régime de tests avant départ récemment mis en place a mis notre industrie à rude épreuve, car nous avons cherché à mettre en œuvre les nouvelles exigences en l’espace d’une semaine, en travaillant avec les responsables à un rythme effréné pour élaborer les réglementations et les documents d’orientation nécessaires. »

Pour plus de renseignements :

  • Julie Rolph, jrolph@acpa.ca
  • ALPA Media, Media@alpa.org, 703-481-4440
  • Hamid Osman, hamid.osman@unifor.org
  • Hugh Pouliot, hpouliot@cupe.ca
  • Francesca Iacurto, fiacurto@airlinecouncil.ca, 613-231-7223 poste 104

[i] Lettre aux ministres des transports; de la sécurité publique et de la protection civile; de la santé; des affaires étrangères, de l’immigration, des réfugiés et de la citoyenneté

[ii] https://www.canada.ca/content/dam/phac-aspc/documents/services/diseases/2019-novel-coronavirus-infection/surv-covid19-weekly-epi-update-20210115-en.pdf